jeudi 14 mai 2020

Être minimaliste est un état d'esprit, et non un ensemble de règles

Pourquoi le minimalisme est un meilleur mode de vie


Le mot minimalisme a une connotation négative pour beaucoup. Certains pensent qu'être minimaliste signifie que  sacrifier des choses et ne pas profiter de ce qui est disponible dans le monde moderne d'aujourd'hui.
Être minimaliste est un état d'esprit et non un ensemble de règles. Cela signifie en fait que vous avez tout ce dont vous avez besoin, que vous pouvez profiter de tout ce que vous avez et que vous ne vous inquiétez pas de ce que vous n'avez pas. Tout cela peut aider à rendre la vie beaucoup moins stressante et à la rendre plus épanouissante.

Qu'est-ce que le minimalisme?

Certains s'imaginent que les minimaliste renoncent à toutes les commodités modernes du monde. Ils s'imaginent vivre dans une cabane dans les bois sans électricité, un poêle à bois et une salle de bain à l'extérieur.
Il y a peut-être des gens qui vivent comme ça, mais tous ceux qui adoptent le minimalisme ne doivent pas aller aussi loin. Il existe d'autres façons d'utiliser le minimalisme qui ne nécessitent aucun réel sacrifice.
Être minimaliste signifie que vous vous appréciez plus que les choses matérielles Cela signifie prendre des décisions en fonction de ce dont vous avez besoin au lieu d'obtenir tout ce que vous voulez. Cela ne signifie pas que les choses que vous achetez sont bon marché. Cela signifie qu'elles sont exactement ce dont vous avez besoin, quel que soit leur coût.
Une personne peut décider dans quelle mesure elle souhaite mener un style de vie minimaliste. On peut également le faire par étapes. La plupart des gens commence par se débarrasser des choses dont ils n'ont plus besoin. Au fil du temps, ils sont capables de réduire aussi leur vie à un style plus minimaliste.

Les avantages d'une vie minimaliste

Si vous disiez à une personne qu'elle devait tout abandonner et ne se débrouiller qu'avec les objets de première nécessité, elle demanderait probablement pourquoi. Elle se demanderait pourquoi ne pas profiter des inventions et des luxes disponibles.
Elle penserait avoir le droit de vivre sa vie comme elle le souhaite. Elle a raison. Ce qu'elle ne sait pas, c'est que la vie minimaliste peut être extrêmement enrichissante, et à bien des égards.
1. Le désencombrement aide les gens à respirer.
Lorsque vous commencez à vous débarrasser des choses qui sont dans les tiroirs, les placards et le grenier, vous allez ouvrir plus d'espace dans votre maison. Il y aura plus de place pour se déplacer. Plus important encore, vous abandonnerez les choses auxquelles vous vous accrochiez. Cela vous donnera un sentiment de légèreté et de liberté. Les charges du passé disparaîtront. 
2. Le minimalisme permet un recentrage.
Lorsque vous avez beaucoup de choses matérielles, votre attention peut être partout. Vous vous inquiétez de travailler suffisamment pour payer toutes les choses et vous passez votre temps à chercher ou à ranger toutes les choses dans votre maison. Lorsque les choses ont disparu et que les factures de la maison sont réduites, il devient possible de concentrer son temps et son énergie sur les choses importantes telles que les gens autour de vous et les choses que vous avez réellement envie de faire. 
3. Moins de choses équivaut à plus d'argent.
Au fur et à mesure que vous vous débarrassez des objets et du luxe, d'autres choses s'ouvrent. L'argent dépensé pour acheter des objets, ranger les objets, entretenir les objets et s'assurer que vous avez les meilleurs objets, se retrouvera dans votre poche. Lorsque vous avez moins de choses, vous pouvez utiliser votre argent pour rembourser vos dettes et cela finira par libérer encore plus d'argent. 
4. Vous avez plus de temps.
Lorsque vous avez besoin de moins d'argent, vous n'avez pas à travailler autant. Cela libère du temps. Vous n'allez pas non plus consacrer autant de temps à toutes les choses supplémentaires de votre vie. Vous pouvez concentrer votre temps sur les choses dont vous avez besoin et utiliser le temps supplémentaire créé pour les choses que vous aimez.
5. Vous avez plus d'énergie.
Sans tout l'encombrement, toute l'énergie dépensée pour acheter, ranger, dépoussiérer, réparer sera disponible pour d'autres activités. 

Le grand avantage du minimalisme est que c'est un choixLes gens peuvent choisir s'ils veulent vivre ce mode de vie ou non. Ils peuvent choisir jusqu'où ils veulent aller. Il n'y a pas de bonne ou de mauvaise façon de minimaliser sa vie.
Tout le monde est différent. Mais une chose est commune : une fois le premier pas effectué et que vous avancerez sur le chemin du minimalisme, les bénéfices augmenteront et vous ne reviendrez jamais en arrière.  

mardi 8 octobre 2019

8 raisons pour lesquelles votre dernière tentative de désencombrer a échoué

Si vous avez essayé sans succès de désencombrer ⇛ cet article est pour vous. 

Voici 8 raisons pour lesquelles votre dernière tentative de désencombrement a échoué. 

















Levez la main si désencombrer votre maison a été plusieurs fois sur votre liste de choses à faire. Vous l'avez essayé maintes et maintes fois, mais pour un certain nombre de raisons différentes, vous ne semblez jamais avoir fini le travail.

Avoir une meilleure compréhension de ce qui nous retient est la première et la plus importante étape pour éviter de faire les mêmes erreurs deux fois.
Voici 8 raisons pour lesquelles vous avez peut-être échoué dans le passé et comment éviter de refaire les mêmes erreurs. 


1. VOUS AVEZ CONFONDU DÉSENCOMBRER ET RANGER


Si votre première étape a été de courir acheter des boites et divers systèmes de rangement, cela ne fonctionnera pas, ou du moins ça fonctionnera mais à très court terme et seulement en apparence. Vous allez prendre quelques photos, vous aurez l'impression d'avoir accompli quelque chose mais ça ne durera pas! 
"Ranger son bordel" restera du "bordel rangé": il faut trier et vider tout ce qui vous est inutile ici et maintenant. Et seulement après on range et on se rend compte qu'on n'a pas besoin de 50 boites pour cela.



2. VOUS N'AVEZ PAS COMMENCÉ PAR VOUS DEMANDER ⟪POURQUOI⟫




Je sais, vous avez probablement entendu cela un million de fois. Mais remplacer le concept d'organisation par l'art de lâcher prise commence par trouver le pourquoi! 
Ce que vous voulez être après ? Ce que vous voulez faire de ce temps si court que nous avons sur cette planète ? 

Qu'est-ce qui te tiens à cœur ? 
Quel sens veux tu donner à ta vie ?
Le fait de savoir ce qui compte le plus pour toi est la clef.



3. VOUS VOULEZ QUE ÇA AILLE VITE


Vous commencez d'abord par rechercher la meilleure façon de commencer. Votre recherche vous amène à voir de nombreuses photos avant et après de personnes qui sont beaucoup plus en avance que vous. Vous vous découragez et vous vous sentez dépassé parce que vous supposez que vous devriez pouvoir y arriver le premier jour.
⟪Si quand c'est fait alors c'est fini;  autant que ce soit vite fait ⟫ Macbeth
En général, c'est vrai mais PAS pour désencombrer.

Désencombrer votre maison une fois pour toutes prend du temps et se fait généralement par étapes. Les plus grands noms du minimalisme ont abordé cette question par étapes. Pourquoi vous attendez-vous à tout accomplir maintenant ? Laissez les photos avant et après vous inspirer et non vous décourager. Ne perdez pas de temps à comparer. Lisez des blogs, des livres, regardez des vidéos et hop, on commence.



4. VOUS AVEZ COMMENCÉ PAR LE PLUS DIFFICILE




Quand je parle de minimalisme à des groupes, je reçois toujours des questions comme celles-ci :
"Alors, que faites-vous avec les photos de famille?" 

Ou 
"Qu'en est-il des papiers et des documents?"

Bien-sûr, il est important de trouver des réponses à ces questions, mais commencer par le plus difficile est un piège mortel pour le minimalisme.

Ne commencez pas par des zones sentimentales et/ou difficiles. Commencez par des évidences;
Allez dans votre chambre et virez tous les pulls qui grattent, les pantalons qui serrent, et la moitié de votre linge de maison. et hop, 1ère journée accomplie!
Laissez votre vie se transformer et avancer à votre rythme et un jour vous déciderez qu'il est temps de s'attaquer à vos souvenirs ou paperasses compliquées.



5. VOUS N'AVEZ PAS CHANGÉ LA FAÇON DONT VOUS EFFECTUEZ VOS ACHATS



J'ai presque envie de dire que c'est L'ERREUR de base. On continue d'acheter tout et n'importe comment.....et cela réduit à néant tous nos efforts ....😩

«Peu importe combien d'objets vous vous débarrassez si vous n'arrêtez pas le flux d'objets entrants dans votre maison. C'est aussi simple que ça. » Rachelle Crawford
Vous devez changer la façon dont vous achetez et apportez des articles dans votre maison en devenant un consommateur conscient.
Gardez ces principes à l'esprit :

  • Evaluez ce que vous possédez pour vous assurer que vous ne rapporterez pas de doublons
  • Dites NON aux trucs gratuits
  • Ne faites pas d’achats en fonction de la tendance
  • Ne jamais acheter impulsivement
  • Si vous faites une erreur d’achat, n'hésitez pas à la retourner




6. VOUS VOUS ÊTES CONCENTRÉ DAVANTAGE SUR LE SACRIFICE QUE SUR LES AVANTAGES


Je met ça là mais pour moi , si c'est bien fait, il n'y a aucun sacrifice digne de ce nom !

Les avantages du minimalisme l' emportent largement sur le sacrifice du lâcher prise. Mais si vous restez bloqué sur le sacrifice que vous pensez faire ( à tort, je vous l'affirme), vous pouvez ne pas voir les avantages.

«Je ne suis pas sûr de savoir pourquoi certaines personnes considèrent le minimalisme comme un sacrifice. La seule chose que vous abandonnez, ce sont des choses dont vous n'avez pas besoin. ”- Joshua Becker

Lorsque vous faites quelque chose de difficile, il est important de ne pas vous concentrer sur ce que vous risquez ou pourriez perdre, mais sur ce que vous gagnez à la place.



7. VOUS N'AVEZ PAS EU D'AIDE



Désencombrer seul n'est pas impossible; certaines personnes préfèrent le faire seule; mais d'autres ont besoin de conseils, d'une présence, d'être comprises et soutenues.
Il peut être décourageant et plus difficile de rester ferme sans une voix d’encouragement en cours de route.
Si personne de votre entourage vous accompagne sur ce chemin, et que vous en sentez le besoin, il existe des blogs, des groupes ( comme "Apprentis minimalistes" 😎 sur facebook) qui peuvent vous aider; Il existe aussi des coachs.



8. VOUS N'AVIEZ PAS DE PLAN




Posséder moins est la clé d'une vie organisée et bien rangée. Cependant, pour arriver à cet endroit, nous devons maîtriser notre comportement semblable à celui d'un écureuil avec un plan ciblé, décisif et intentionnel.
Il est préférable d'avoir un plan en place dès le premier jour. 
Décidez à l'avance où vous avez l'intention de commencer.

Il existe de nombreuses méthodes de désencombrement différentes . Sur internet, dans des livres . Je conseille vraiment les livres plus complets que des articles de blog. Quel que soit votre choix, assurez-vous qu'ils vous mènent vers moinsSi leur sauce secrète implique des achats de boites, relisez le point numéro 1 😜



Voici quelques listes non exhaustives :

des livres....

  • Mino Rakotozandriny : Maman minimaliste
  • Fumio Sasaki : L'essentiel et rien d'autre
  • Carolyn L. Hetzel : l’art du vide
  • Hideko Yamashita : DanShaRi, L'art du rangement
  • Regina Wong : Faites de la place
  • Elisabeth Simard : vivre simplement
  • Dominique Loreau : L’art de la simplicité, L’art de l’essentiel, Faire le ménage chez soi faire le ménage en soi, 99 objets nécessaires et suffisants , Éloge de la légèreté
  • Francine Jay : Le bonheur est dans le peu
  • Judith Crillen : Minimalisme ; Detox ta maison

des blogs....


  • Esprit minimaliste : http://esprit-minimaliste.blogspot.fr/
  • Maman minimaliste : http://www.mamanminimaliste.com/
  • Ruban cassette : http://rubancassette.com/
  • La cabane de Moé : http://www.lacabanedemoe.com/
  • Julien : https://vivreavec100objets.blogspot.fr/
  • Happy Chantilly : https://www.blog.happy-chantilly.com/


un groupe....


un coach....




samedi 7 septembre 2019

La Coorie ( "ku-ri") une vie simple mais riche de sens

Après le hygge danois, le lagom suédois, voici le coorie venu tout droit d'Ecosse.

L'objectif est de mener une vie simple mais plaine de sens

L'un des grands principes du coorie, c'est "d'utiliser ce qui est autour de soi pour se sentir bien"


Il se définit d’après Gabriella Bennett, auteure du Livre du coorie, par une scène bien précise :
 « En Ecosse, on sait qu’on est en bonne compagnie quand des amis ou des proches vous font une petite place sur le canapé et qu’ils vous invitent à venir faire coorie. Blotti entre eux, vous vous sentez peut-être un peu à l’étroit, mais au moins, vous vous sentez bien. On peut visualiser une pièce très agréable, éclairée par des flammes virevoltantes. C’est dans cet endroit précis que l’on va aller se réfugier ». 

En d'autres termes : si vous voulez être coorie, privilégiez les petites choses simples de la vie comme faire du crochet devant la cheminée qui crépite, vous lover sur votre canapé entourée de vos proches ou des membres de votre famille.
Car dans le coorie, il y a aussi cette notion : celle du partage avec les personnes que vous aimez.

Le coorie vise à atteindre un sentiment de plénitude en tirant le meilleur de ce que peut nous apporter l’Ecosse. Le plus ? Pas besoin d’être riche. 

Le coorie ne repose pas sur ce que l’on possède. Il relève plutôt de l’art de se préoccuper et se soucier de son environnement. Savoir respecter ce qui nous entoure est primordial à la bonne pratique du coorie.

Un mot d’ordre du coorie : respecter l’Ecosse. Mais loin des stéréotypes. Il ne s’agit pas de tomber dans le cliché du tartan à carreaux, du thé et des petits biscuit.


Et si nous pouvions trouver le bonheur grâce à quelques pratiques et idées aussi simples que l’art du coorie ? 
Le but est de rester connecté avec ce qui nous entoure : nos prochains, notre terre natale, pour vivre en accord avec notre environnement et nous-même.

mercredi 21 août 2019

Faire ou ne pas faire des listes ?

Dominique Loreau nous vante les bienfaits divers et variés des listes. Elle a même écrit un livre sur le sujet :  L'art des listes: Simplifier, organiser, enrichir sa vie

Mais ces listes nous facilitent elles vraiment la vie ? ou peuvent elles au contraire se révéler être une obligation supplémentaire ?




Flow


Lister et Tchéquer chaque item réalisé semble être un bon moyen de se motiver et surtout de ne rien oublier, tout en allégeant notre charge mentale. Mais du coup, ces choses écrites noires sur blanc deviennent formelles et peuvent nous hanter au lieu de nous libérer.

Arjan Zuidhof, coach en management, pense que la réalité est trop mouvante pour être planifiée à l'avance sur des listes. A cause d'imprévu, ce qui devait être fait est reporté et on culpabilise. Et les listes n'en finissent pas de s'allonger.

David Allen, auteur de S'organiser pour réussira longtemps était adepte des listes mais en y regardant de plus près, il s'est aperçu que sa to-do list se transformait peu à peu en liste de souhaits. Il y notait tout ce qui lui passait par la tête mais qui n'était pas vraiment nécessaire et important ou urgent. 


Faut-il en finir avec ces to-do lists ? 

Pas exactement.
C'est vrai que faire une liste c'est ajouter une tâche supplémentaire mais c'est un excellent stimulant pour le cerveau, explique la psychologue Margôt van Stee, à condition que cela ne stresse pas davantage la personne. Pour elle , il faut définir le degré d’importance et mettre des dates butoirs en conséquence. Cela nous oblige à nous demander ce que nous désirons vraiment.

Le problème avec les listes est que nous ne pensons jamais à tout ce qui a été réalisé mais restons braqué sur le pauvre item non réalisé. On appelle cela "l'effet Zeigarnik" ( ou oui on lui a même donné un nom😁 ). Une méthode pour ne pas tomber dans le panneau serait de souligner en couleurs joyeuses ( au lieu de barrer ou cocher) les tâches exécutées. Une autre méthode pour éviter l'effet Zeigarnik a été inventée par l’industriel japonnais Toyota ( rien que ça !) : il préconisait à ses employés de faire 3 colonnes : "à faire" "en cours" et "terminé". Et de coller des post-it dans les colonnes et ne les bouger au fur et à mesure mais jamais plus de 3 dans la colonne "à faire".

Mais au niveau personnelle ( donc pas au travail) ces listes ne sont-elles pas une hérésie? Les choses vraiment importantes comme passer du temps avec ses enfants, voir nos amis, ne figurent jamais sur ces listes. c'est ainsi que Tony Crabbe, auteur de Plus jamais débordé(e) ! est partisan de jeter toutes ces listes. Il dit : " faites le tout simplement!"

Une autre vue, est de lister ses pensées positives , plutôt que les corvées à faire. Le professeur Barbara Fredrikson nous propose de lister chaque jour quelques activités qui nous font plaisir, comme prendre un café avec une amie ou faire une promenade.


L'idéal en somme est de bannir les listes à rallonge.

Pour Jelle Hermus, auteur de La voie rapide vers une vie presque parfaite  ( non traduit) :

"3 tâches, c'est le nombre idéal pour une journée fructueuse, c'est un défi à la portée de tous qui fait gagner en confiance en soi.  S'autoriser à faire ce qu'on a envie de faire sur le moment est meilleur pour notre santé mentale que tout noter frénétiquement."





inspiré d'un article du Flow n°34 / 2019

mardi 20 août 2019

7 BONNES HABITUDES À PRENDRE POUR VENIR (ENFIN) À BOUT DU BORDEL !

par Carine 



Et si on entamait la rentrée avec de bonnes résolutions ?



Si, comme nous, vous n’êtes pas des adeptes du minimalisme ( ou des apprentis minimalistes) , vous pouvez vite vous laissez submerger par la pagaille… On ose vous l’avouer, nous sommes un  chouïa bordéliques.( Carine hein pas moi 😇 ). Victimes d’un manque flagrant de motivation (oui, on vous  le confesse, on préfère regarder La Casa de Papel plutôt que de faire du tri  quand on a 2 heures devant nous…), nous avons tendance à laisser le bazar  s’accumuler . Mais promis, on se soigne, c’est la raison pour laquelle nous  avons décidé de partager avec vous quelques grands principes que nous nous attacherons à mettre en application à l’avenir !



RECYCLEZ, REVENDEZ ET DONNEZ REGULIEREMENT



Quand on a du mal à se séparer des objets, faire une bonne action est la solution pour s’en débarrasser sans trop culpabiliser. Oui, ils auront une vie ailleurs et  feront des heureux. Recycler et donner, cela permet de faire de la place pour les  choses que vous avez vraiment envie de garder. Et quand on parle de garder, on pense u-ti-li-ser. Alors, faites le tri régulièrement. Vous avez un petit pincement au coeur en vous souvenant du prix de certaines pièces ? Les plus belles pièces  peuvent être revendues sur des sites en lignes. Si vous avez la flemme, déposez-les  chez les revendeurs professionnels comme les dépôts-vente, il en existe aussi  bien pour les vêtements que pour le mobilier ou l’électronique. Et ce vide-dressing de quartier auquel vous pensez vous inscrire chaque année ? Faites-le, c’est encore la saison, en plus vous passerez un bon moment ! Et quel plaisir de pouvoir se  payer un bon resto avec votre bénéfice (non, on ne parle pas de racheter immédiatement des choses, hein, vous l’aurez compris ce n’est pas le sujet !)


DÉBARRASSEZ-VOUS DES CHOSES QUE VOUS N’AIMEZ PAS

C’est sans doute ce qu’il y a de plus facile à faire, compilez les choses que vous n’aimez pas mais que vous gardiez pourtant jusqu’ici. A quoi bon finalement ?  Et vous allez être surpris, au final, il y en a un paquet. Et puis dans votre élan,  profitez-en pour éliminer ce qui est trop usé et ébréché, qui a envie de boire son  thé dans une tasse se San Francisco à moitié fendue ? Ni vous, ni vos invités !


FAITES DU PLACE POUR PLACE UNE REGLE D’OR


Un de rentré, un de sortie ! Vous avez craqué pour une nouvelle paire de boots ? Bazardez ce modèle élimé que vous aurez peu de plaisir à remettre. Un nouveau petit gilet noir ? Virez sans complexe celui auquel il manque 2 boutons. Et ce jean qui commence à être usé à l’entrejambe ? Pas la peine de le conserver pour  une hypothétique séance de bricolage… Le jour J, vous ne le retrouverez  certainement pas. Cette règle d’applique aussi avec les livres et les mugs… c’est  d’autant plus vrai que si vous avez commencez à désencombrer ce n’est nullement  le moment de recommencer à accumuler du bazar avec vos nouvelles acquisitions.


REMETTEZ LES CHOSES A LEUR PLACE


Tout de suite ! Et oui c’est bien parce que vous n’avez pas rangé le blender  après votre soirée caïpirinha entre copines qu’il est encore sur le plan de travail.  Alors on prend l’habitude de ranger/ donner dès qu’on ne s’en sert plus les choses. Mieux vaut ranger petit à petit plutôt que d’attendre de se retrouver devant une  pile de chose à ranger. Cela vaut aussi pour le courrier évidemment.  
Chaque chose à sa place, et fissa.


EVITEZ D’INTELLECTUALISER



Face à des objets souvenirs et des choses que l’on garde « au cas où », on est  souvent tétanisé à l’idée de les voir disparaître à jamais de nos vies. Pourtant,  ces montagnes de sable rapportées de voyage sont-elles indispensables à votre  bien-être ? Si tel est le cas, alors oui gardez-les, mais s’ils s’empilent dans des  bouteilles plastiques alors il y a peu de chance que vous ayez plaisir à observer  votre collection. Pensez à l’usage des choses. Les utilisez-vous vraiment ? Ce  cadeau offert par un ami proche, mais que vous ne portez jamais, si vous vous  en débarrassez, il ne fera pas la différence, puisque de toute façon, vous ne le  mettez ja-mais !



METTEZ LES OBJETS EN TRANSIT


Si vraiment vous hésitez à jeter cette théière improbable reçue en cadeau de  mariage ou ce vase chiné sur un coup de tête qui n’a jamais trouvé sa place, vous pouvez utiliser un petit coin pour mettre certaines choses en stand by. Attention, on ne parle pas de la cave ou du grenier, car, c’est un peu comme placer les objets aux oubliettes, mais plutôt d’un petit carton, d’un tiroir… Et donnez-vous un laps  de temps pour prendre une décision. Vous allez voir, très vite pour pourrez vous en passez car 9/10 vous finirez par vous débarrassez de ces objets.



10 MINUTES DE RANGEMENT PAR JOUR



Maintenant que le gros du travail est fait, il serait dommage d’être de nouveau  submergé par le bazar. Accordez-vous 10 minutes de rangement pour remettre les choses à leur place, ranger le courrier, pliez le linge en attente de repassage…  Vous verrez à force, cela deviendra une seconde nature et votre intérieur sera tiré  à quatre épingles (ou presque). 

Quelle satisfaction !

lundi 20 mai 2019

Avoir un coussin de sécurité ?

Réflexion trouvé sur le net, traduite de l'anglais :

"Fondamentalement, le minimalisme est en grande partie quelque chose que les personnes aisées peuvent se permettre de poursuivre, car leur richesse offre un coussin de sécurité.
S'ils se débarrassent de quelque chose, ils en ont besoin plus tard, ils l'achèteront à nouveau.
Ils n'ont pas besoin de porter beaucoup d'autre chose en dehors d'un porte-monnaie quand ils sortent; s'ils ont besoin de quelque chose, ils vont juste l'acheter à la volée. Pas de transpiration.
Si vous n'êtes pas si flexible, des doublons de vos possessions peuvent être nécessaires, même si ces sauvegardes ruinent l'esthétisme de posséder seulement 100 possessions."


Eloge de la légèreté de D Loreau

jeudi 21 mars 2019

3 conseils pour aller plus loin

d'après le livre de Fumio Sasaki ⟪L'essentiel et rien d'autre⟫

Fumio nous donne dans ce livre 15 conseils pour aller plus loin, j'en ai choisi 3 qui me parlent aujourd'hui. Ce ne sera peut être pas les mêmes demain car il faut garder en mémoire que le minimalisme dépend de l'instant T et évolue au fil du temps. Nous n'avons pas les mêmes besoin ni les m^mes envies toute notre vie. Ça change et c'est tant mieux!




1 - Si vous avez songé à le jeter cinq fois, il est temps de passer à l'action

je suis sûre que vous savez ce dont on parle ....ce vase qu'on vous a offert qui ne va pas du tout avec votre déco ou cette montre que vous avez depuis toujours mais que vous ne portez plus ou encore ces mini poêlons pour faire bonne impression quand on a des invités mais que vous oubliez à chaque fois et qui prennent de la place......ça vous rappelle quelque chose ?😏
En général, quand un objet est sur la sellette, c'est qu'au fond de nous on n'en veut plus. mais des peurs surgissent : est si j'en avais quand même besoin, si je regrettais, et si et si....
Les peurs sont un grand frein au minimalisme. Peut-être même plus que l'attachement sentimentale. A un moment, il faut se jeter à l'eau, et c'est comme cela qu'on s’aperçoit que le ciel ne nous est pas tombé sur la tête et en  général on se sent soulagé de l'avoir enfin fait.
Il faut bien se dire que rien n'est vraiment indispensable, qu'on peut toujours faire sans , qu'on peut faire autrement, que rien de grave ne va arriver. Si cela fait plusieurs fois qu'on pense à s'en débarrasser, c'est que vraiment il nous gêne, il nous pèse; A ce moment là le soulagement obtenu, le gain de place est nettement supérieur à la petite contrariété engendrée par une peur souvent infondée. Ce n'est pas un acte impulsif, cela fait plusieurs fois que vous vous posez la question. Si vraiment vous n'osez pas, il vous reste la solution de le mettre en carton dans un coin ( cave, placard...) et de noter la date dessus puis si dans 3 mois vous ne l'avez pas déballé, vous pouvez le donner sans hésiter.


⟪Mieux vaut agir sur-le-champs, sinon vous y penserez mille fois, et l'objet continuera d'occuper votre esprit⟫ ( Fumio Sasaki)


2- Remettez en question les usages établis

On a tellement l’habitude de certaines choses, qu'on ne les voit plus, qu'elles nous paraissent "normales" et du coup, on ne remet pas en cause ni leur présence ni leur utilité.
prenons l'exemple tout bête des tables de chevet; Pour la plupart des gens, il est normal d'avoir une table de chevet. On ne remet pas en cause cela. Mais pour combien de gens , une table de chevet est vraiment utile ? perso, je n'en ai pas l'utilité, quand je vais me coucher c'est pour dormir, je pose le téléphone qui fait "réveil" par terre et voilà. Je n'ai aucun besoin d'une table ou de tiroir. La table basse du salon est souvent remise en question quand on remet en cause les usages établis. Les robots de cuisine, un pèse-personne, un verre doseur, de la vaisselle fragile et chère pour les invités, plusieurs sortes de verres et de tasses, un bureau, un sèche-cheveu, un lave-vaisselle, un peignoir, une cafetière, une bouilloire électrique, des coussins,  ....quantité d'objet et de meuble ne sont pas utiles à tous, et pourtant ils sont souvent présents chez tout le monde comme un "minimum syndical" à avoir . Il faut tout remettre en cause. Aucun objet n'a un droit de présence in facto sans qu'il ait prouvé son utilité.
⟪ignorer les convenances est au contraire un excellent moyen de faire le vide⟫ (Fumio Sasaki)




3- Moins de choses ne signifie pas moins de satisfaction


On peut penser que si on possède moins de choses, on va manquer de confort ou alors on va s'ennuyer. c'est complètement faux, car il se sépare des choses qu'on n’utilise pas. Donc cela ne change rien à notre quotidien. Bien-sûr on peut voir sur le net des minimalistes extrêmes qui n'ont pas de lit, juste un futon, ou qu'i n'ont pas de canapé, juste une chaise. Mais personne ne vous demande d'en arriver là et ce n'est pas du tout le but. Seules quelques personnes aiment vivre comme cela, pas la majorité des gens. Les minimalistes sont des gens comme tout le monde, le bordel en moins. Mais on garde le confort et de quoi s'occuper. Je ne pense pas qu'on trouve la moindre satisfaction en possédant 50 bibelots, 500 livres ou encore 80 paires de chaussures. au contraire, ils nous encombrent, nous pèsent, nous envahissent...il n'y aucune satisfaction à long terme. donc par un raisonnement simple on peut dire qu'on ne peux pas perdre une satisfaction qui n'a jamais vraiment existé.
De plus, on apporte souvent beaucoup plus d’attention et de soin aux objets si on en a peu ou qu'à un seul exemplaire.
⟪être pleinement conscient de nos quelques biens choisis avec amour⟫ ( Fumio Sasaki) apporte de la satisfaction. 
Les personnes qui ont des tonnes d'affaires ne savent généralement pas vraiment ce qu'elles possèdent et n'en tire donc aucune satisfaction, comme le plaisir de boire dans sa seule et unique tasse préférée.




conclusion
⟪il y a bien des gens qui perdent tout dans un incendie. Pourquoi serait-il si grave de jeter quelques affaires? plus vous réfléchissez, plus le mental trouvera de bonnes excuses pour tout conserver.⟫

mardi 15 janvier 2019

Pourquoi achetons-nous plus que nécessaire?

Diderot se souciait peu des possessions matérielles. Cela a changé quand il a reçu une nouvelle robe écarlate de son ami en cadeau.
La robe était si belle que Diderot la chérissait par-dessus tout. Mais Diderot réalisa aussi rapidement que la robe était hors de sa place parmi ses autres possessions communes. Il ne possédait rien qui corresponde à la grandeur de sa nouvelle robe.
 Et Diderot allait donc remplacer ses anciennes possessions. Il a remplacé sa chaise de paille par une chaise en cuir. Un grand miroir a pris le manteau de sa cheminée. Il remplit le coin vide de sa maison avec un bureau.
Peu de temps après, Diderot s'est trouvé endetté. Comme il le remarque dans son essai intitulé Regrets pour ma vieille robe de chambre , «j'étais le maître absolu de ma vieille robe. Je suis devenu l'esclave du nouveau ".




L'EFFET DIDEROT : 
L'histoire de Diderot montre comment l'acquisition de nouvelles possessions n'est jamais un événement singulier. Chaque nouvel achat crée souvent une spirale de consommation qui vous amène à acquérir plus de choses


Vous achetez à votre enfant la dernière poupée Barbie et vous vous retrouvez à acheter d’autres accessoires dont vous n’aviez jamais soupçonné l’existence.
Vous achetez un nouveau canapé et tout à coup vous remettez en cause l’ensemble de votre séjour. Ces chaises ? Cette table basse ? Ce tapis ? Tout est à changer

Les marketeurs avisés regroupent souvent des produits complémentaires et nous font des offres si convaincantes que nous ne pouvons pas les refuser. Un achat apparemment innocent peut entraîner de nombreuses mauvaises décisions.

En fin de compte, Diderot était sur le point de savoir comment les possessions matérielles s'entrelacent avec notre identité.
Plus nous sommes riches, plus les choses deviennent une forme d'expression de soi. Nous n'achetons plus de chemises et de shorts pour le tissu qui couvre notre peau mais pour refléter nos goûts et notre statut social.

La quantité de choses que nous possédons ces jours-ci est stupéfiante.
Les "Millenials", les générations nées depuis la fin des années 80 et qui ont grandi avec Internet, semblent avoir un très fort besoin d'appropriation d'objets. 

Mais qu'est-ce qui peut bien pousser les gens à acheter des choses (et dépenser de l'argent) qu'à la base ils n'ont pas besoin ?


⇒ cela vous sécurisera :

Notre logique est la suivante: si le fait de posséder des biens matériels nous apporte la sécurité (un toit, des vêtements, un moyen de transport fiable), la possession d’excès entraînera sûrement encore plus de sécurité.

⇛ cela vous rendra heureux :

Nous achetons des maisons plus grandes, des voitures plus rapides, une technologie toujours innovante dans l’espoir de devenir plus heureux grâce à cela. Malheureusement, le bonheur que procure l'excès de biens physiques est au mieux éphémère.
Plus nous possédons de choses, plus notre qualité de vie risque de baisser. Il nous faut davantage de temps et d’argent pour entretenir nos biens matériels. Nos dettes engendrent du stress. Et nous avons moins de temps à consacrer à notre famille et à nos amis.

⇛ vous gagnerez en popularité :

Les publicités associent souvent un produit à une personne qui a réussi. Le message envoyé au consommateur est : « Cette personne, ce peut être vous ! ». Notre société encourage ces comparaisons. Trop souvent, nous achetons des choses dont nous n’avons pas besoin simplement parce que des membres de notre cercle d’amitiés ont fait de même.
Définir sa valeur en se comparant aux autres crée une insatisfaction perpétuelle. À peine un désir est-il satisfait qu’un autre encore plus ambitieux le remplace.


⇛ pour compenser nos carences :

Certaines personnes achètent de façon compulsive, généralement des objets peu ou pas nécessaires. La personne cherche alors à combler une sensation de vide et  pense que ses achats vont lui donner une consistance et une existence sociale valorisante. 
Plutôt que de rougir devant son relevé bancaire, mieux vaut donc se poser la bonne question : qu'est-ce qui m'a poussé à acquérir tout ça ? Et pourquoi ? 
Si vous culpabilisez une fois votre pulsion passée, donnez-vous le droit de retourner le produit et vous faire rembourser.

⇛ vous deviendrez ce que vous rêvez d’être :

Utiliser et exhiber nos biens matériels est une manière classique de dire aux autres qui nous sommes (ou aimerions être). 
Comment vous voyez-vous, et comment voulez-vous que les autres vous voient ? Comme quelqu’un d’élégant ? de sportif ?
Aucune acquisition ne peut changer ce que nous sommes vraiment, ni nous donner de belles qualités.



CONCLUSION :


Les possessions matérielles en excès n'enrichissent pas nos vies.

Lâchez ce besoin de “toujours mieux”.

 Il n’y aura jamais un niveau où vous serez satisfait si vous ne gérez pas votre consommation. Il y aura toujours quelque chose de mieux que ce que vous avez. Vous avez une Honda ? Vous pouvez passer à une Mercedes. Vous avez une Mercedes ? Vous pouvez passer à une Ferrari. Vous avez une Ferrari ? Avez-vous pensé à acheter un jet privé ? Sachez que vouloir est tout simplement une option que votre esprit fournit, pas un ordre que vous devez suivre.

Souvenez-vous des mots de Diderot:

⟪Que mon exemple vous serve de leçon : La pauvreté a ses libertés; l’opulence a ses obstacles. ⟫




sources :
becomingminimalist.com
huffingtonpost.fr
henrikaufman.typepad.com
le-mag.radins.com
jw.org
moi-en-mieux.com