vendredi 6 juillet 2018

"Vivre simplement" d' Elisabeth Simard (6) et fin

je vous rappelle les liens vers les 5 premiers articles:

- l'intro
- le boulet invisible

la simplicité financière 
Lenteur et extase en famille



La maison qui fait du bien

Tout un chapitre est réservé à la cuisine et au ménage. Nous sommes ici plus proche du zero déchet, voire de la simplicité volontaire que du minimalisme.
Toutefois, quelques idées sont à retenir.

⟪Dehors les multiples gadgets inutiles et les machines ultra spécialisées !⟫

Nous pouvons faire sans machine ( ou presque) ce que nous mangeons. Il faut visualiser le cuisinier que nous sommes et faire un énorme tri dans la cuisine. Par exemple, quand nous n'avons pas de temps, au lieu d'ouvrir une boite, 

⟪je préfère me tourner vers des œufs bouillis, servis avec du pain, du fromage et des crudités⟫

des aliments de base qui sont dans nos frigos.
Chez Elisabeth, tout le monde participe à la préparation des repas, même les tout petits.
Tous ses secrets sont dans le livre ! Si pour vous la préparation des repas le soir et la gestion du dîner avec des petits est un soucis, je vous conseille vraiment ce chapitre.
Il y a aussi plein de recettes faciles et saines

⟪J'adore que notre maison soit petite et à aire ouverte. La famille est toujours ensemble même lorsque chacun s'affaire à son activité⟫ ( moi aussi 😀)

Prendre soin de sa maison, ce cocon confortable et douillet, ne doit pas être une corvée
Par exemple,


⟪apprécier l'odeur d'orange douce du nettoyant multi-usage pendant que je lave les comptoirs m'a permis d'apprendre ce travail qui nous permet d'être bien dans notre maison⟫

Nul besoin que tout soit étincelant, nous vivons dans un monde beaucoup trop désinfecté; 
E nous explique sa démarche et nous donne des recettes de produits simples à préparer et multi-usages.
Je trouve personnellement encore cela trop fastidieux pour moi et je préfère acheter des produits tout prêts. Comme tout à l'heure ces paragraphes sont plus orientés écologie et simplicité volontaire.
Mais ce qui est très intéressant chez E, pour celles et ceux qui souhaiteraient tenter l’aventure du faire soi-même, c'est qu'Elisabeth travaille en tant que responsable du développement durable et que justement une de ces tâches est de trouver des alternatives écologiques aux produits d'entretien ménager.

Ici encore, E intègre les enfants dans les soins de la maison ( vous remarquerez qu'elle dit soin de la maison et non corvée ménagère ou ménage). Cela fait partie de l’apprentissage globale. 


⟪L'enfant prend sa place qui lui revient au centre de son environnement quotidien. Il est un acteur présent et participatif. Cette idée inspire le respect.⟫

Par exemple, dès 2 ans, il peut plier le linge. C'est simple mais vraiment captivant pour un enfant de cet âge. On s'en fou que ça ne soit pas droit. On laisse explorer, pratiquer...


⟪Nous maudissons constamment la besogne manuelle répétitive et oublions à quel point elle peut être douce pour nos esprits trop occupés⟫
Ils se sentent si importants et en retirent une grande satisfaction.



Prendre soin de soi

Voici le dernier chapitre avant la conclusion,
⟪Adopter une vie saine pour soi d'abord, c'est comme mettre son masque à oxygène en premier dans l'avion⟫
Prendre soin de soi, peut être se lever 5 minutes avant les autres pour boire son café dans le calme, faire du yoga, marcher, écrire, pratiquer la gratitude...
Mais prendre soin de soi dit aussi pour Elisabeth ( car je ne suis pas tout à fait d'accord) produits de soins corporels.
E partage ses recettes à faire soi-même mais là aussi je préfère ne pas m'encombrer avec des stocks d'ingrédients, de passer du temps à la préparation. 
D'ailleurs E rappelle aussi que si l'on veut faire soi-même, cela ne doit pas être contraignant. Elle même achète certains produits.


⟪La salle de bain est un des endroits qui débordent de trucs inutiles et oubliés⟫

Si on utilise des produits qui respectent véritablement notre peau, on réduit considérablement le besoin d'hydratation. Une peau sèche est souvent due à un mauvais produit.




Conclusion


Elisabeth nous incite à prendre du recul, comme un peintre devant sa toile, à toujours remettre en question les choses établies, à se questionner sans cesse sur ce qui est bien pour soi et sa famille.
Nous sommes plus que nos possessions, nous sommes plus que notre boulot.
Et hurler haut et fort :


⟪Voici ce que je suis 
Voici ce que je ne suis pas 
Voici ce que je refuse et laisse derrière moi 
Voici ce que je construis⟫

voilà bien que minimaliste sans être dans le zero dechet ou la simplicité volontaire ( même si je me suis reconnue dans plus de choses que prévu)  et avec de grands enfants, j'ai beaucoup aimé ce livre; bon j'avoue j'ai zappé les recettes😜
ce livre n'est pas sorti en France encore alors je le met en roue libre ici, vous pouvez vous inscrire pour le recevoir et l'envoyer au suivant après
vous pouvez aussi le commander comme expliqué dans l'article (1)








mardi 3 juillet 2018

"Vivre simplement" d' Elisabeth Simard (5)

je vous rappelle les liens vers les 4 premiers articles:

- l'intro
- le boulet invisible

la simplicité financière 
Lenteur et extase en famille


L'éducation des enfants

Nous sommes toujours dans le chapitre "Lenteur et extase en famille" mais Elisabeth fait une grande part à l'éducation des enfants. C'est assez rare et mérite qu'on s'y attarde un peu. Elle ne donne pas de leçons mais nous livre sa vision des choses. Bien-sûr tout cela est un peu à coté du minimalisme pur.


⟪Tomber, se relever, apprendre.⟫
Comme pour les adultes, le silence et l'ennui ( Lenteur et extase en famillesont des véhicules puissants pour se découvrir.

On trouve même dans le livre une recette de pâte à modeler et une idée de mur à bricolage.


⟪La perfection me pue au nez⟫

La quête de la perfection risque d'enliser nos enfants dans un monde de trop plein. On cherche le meilleur, on va au-delà de ses besoins. 
E nous donne des conseils pour repenser l'univers des jouets.
Par exemple, les laissez jouer avec les objets du quotidien comme une casserole et une cuillère en bois, un drap pour faire une cabane... Avec moins de jouets, les enfants développent un sens du partage et de la résolution de problème étonnant.


⟪Mes garçons adorent jouer avec les petites autos. Il pourrait être tentant de leur faire plaisir en leur en offrant de nouvelles..../...Mais ne vais-je pas briser l'équilibre qu'ils ont eux-mêmes créé ensemble ? S'ils jouent des heures avec ce qu'ils possèdent déjà, nul besoin d'en ajouter.⟫

Il est primordial d’organiser et ranger les joutes par catégories.  Si tous est mis dans un gros coffre, ils semblent sans importance et n’invitent pas à la créativité.







L'enfant peut alors prendre un panier et l'emmener là où il veut pour jouer puis tout ranger et le remettre à sa place. L'enfant devient alors aussi plus soigneux.

⟪si on aime assez quelque chose pour le garder, on l'aime assez pour le ranger⟫

 On trouve également un grand chapitre à la préparation à la venue de bébé et la garde-robe des enfants.
Par exemple, E nous explique pourquoi et comment elle privilégie pour elle et ses enfants des vêtements simples aux couleurs neutres ( blanc, gris, noir, marine) sans "flafla" sans motif.
Toute la maison est organisée en gardant à 'esprit l'autonomie des enfants. Cela facilite le passage de l'étape "je fais pour eux" à l'étape "fais le tout seul"; bien-sûr cela n'enlève pas la longue route entre les deux qui exige notre présence.




Dans ce dressing, il y a tous les vêtements des 3 enfants; au centre sur les étagères les pyjamas et sous-vêtements, chacun a sa penderie; tout est accessible ; sauf la penderie du bébé qui est en haut; Elisabeth prévoit une réorganisation de l'armoire quand bébé aura grandi afin que tous soit accessible aux 3 enfants.

Pour entretenir les liens familiaux, E propose de garder une journée ( le week-end par exemple) sans écran, où toute la famille fait quelque chose ensemble : 1 jeu, discuter, cuisiner, sortir...
Il est important selon elle de choisir les instants de connexion aux écrans.

Voilà ce que je retiens de ce chapitre, mais mes enfants étant déjà grand, je n'ai pas eu envie de m'éterniser bien que j'y ai retrouvé des choses que je faisais/fais aussi.

...suite et fin ici


vendredi 29 juin 2018

Ma garde-robe




J'ai listé il n'y a pas si longtemps mes objets, juste pour me faire une idée, mais j'avais zappé la garde-robe
Ce n'est pas parce que j'en avais beaucoup, vous pourrez le constater très vite, mais parce que je préférai la faire à part

Je précise que je ne travaille pas mais cela ne change pas grand chose car je travaillais en blouse blanche donc je m'habillais comme à la maison, j'avais juste 2 blouses en plus dans mon placard

J'aimerai si je trouve et que je puisse me réapprovisionner à l'infini, un jour le tee-shirt idéal , le pull idéal, le pantalon idéal, n'avoir que des tenues identiques ( sauf pour quelques occasions particulières) 

Je me sent un peu comme Drew Barrymore, la célèbre actrice d'Hollywood, qui a récemment écrit : 

⟪ Premièrement, j'ai presque 40 ans. Les vêtements que je portais à 20 ans ne me correspondent plus du tout. Et après 2 accouchements, les vêtements que je portais à 30 ans ne sont plus à ma taille. En ce qui concerne mon style vestimentaire, c'est comme si j'étais arrivée à un carrefour de ma vie. Et franchement, par moments, j'avoue que c'est un petit peu pénible. ⟫

 J'aime bien aussi ce que dit Alice Gregory, écrivain :


⟪Porter un uniforme, c'est-à-dire porter les mêmes habits tous les jours, n'est pas du tout un manque de style. Au contraire, c'est montrer au monde que l'on est au-delà du style, car c'est une classification qui ne s'applique plus à nous⟫



⟪Quand vous lisez un livre pour enfants, les personnages principaux sont toujours habillés de la même façon tout le long de l'histoire. C'est une image qui rend le personnage iconique, qui laisse une trace dans votre esprit. ⟫

 Par ailleurs, cela suggère aussi une démarche mûrement réfléchie : la capacité de revoir et améliorer sa manière d'être. Mais je n'en suis pas encore là même si mes vetements sont très similaires et je sais ce qui me va, je n'ai pas trouvé encore le vetement parfait; mais ce n'est pas grave car c'est presque comme si.


Je suis donc une femme 👸, je ne travaille pas et j'ai 42 ans; je ne fais pas de sport, ni de ski, ni de trek ou autres; je ne fréquente pas le rotary club ou autre clubs/ soirées mondaines; je vis en Lorraine donc climat semi-continentale; je n'ai pas compté les bijoux et les sacs et les chaussures...tous mes vetements sont unis et de couleur neutre sauf les pyjamas et les foulards....histoire que les choses soient bien carrées, hein 😇

 Voici ma liste :
10 tee-shirts ( + 1 vieux pour le bricolage)
5 pulls
2 gilets
3 pantalons ( + 1 habillé)
1 jupe
3 pyjama ( 1 hiver, 2 été)
8 paires de chaussettes
8 culottes
2 soutifs
1 veste
1 manteau
2 foulards
1 écharpe
1 paire de gants

et tant que j'y suis voici celle de mon mari, qui lui aussi bosse en blouse blanche mais il aime avoir une chemisette en dessous :


Liste de Monsieur :
7 chemisettes
3 pantalons
5 tee-shirts
2 pulls
2 shorts
4 pyjama ( 2 hiver 2 été)
8 boxers
10 paires de chaussettes
4 paires de soquettes
1 costume
3 cravates
1 veste
1 manteau
1 tenue de sport


donc sans les sous vetements ( car en general ce n'est pas compté ) 

j'ai 32 vetements et mon mari 30
et nous n'avons pas du tout l'impression de manquer
c'est tellement simple et reposant d'avoir une petite armoire/commande/autre dans la chambre; quand je voie les immenses dressing à l'américaine, on dirait carrément des magasins, j'en ai froid dans le dos 😨



⟪c'est comme si je mangeais dans un restaurant 3 étoiles. Il y a moins de choix, mais je suis certaine de ne pas me tromper⟫  (Denaye Barahona)

  

⟪La mode change. Le style reste.» (le minimaliste)


et pour compléter voici un article que j'aime beaucoup : CHOISIR SES VÊTEMENTS


⟪Vous gardiez les meilleurs pour les grandes occasions? Mettez-les tous les jours. ⟫ ( le minimaliste) 





mardi 26 juin 2018

"Vivre simplement" d' Elisabeth Simard (4)

je vous rappelle les liens vers les 3 premiers articles:

- l'intro
- le boulet invisible

- la simplicité financière 



Lenteur et extase en famille


Toute petite déjà Elisabeth rêvait à une vie "calme" sans savoir vraiment encore ce qu'elle recherchait. Arrivée à l'âge adulte, elle a fait comme tout le monde: beaucoup de travail, une vie sociale effrénée, ne disait jamais NON......

Comme si un adulte pas occupé, pas débordé et pas dans le jus était une honte

On veut tous du temps mais souvent quand on réussi a en avoir, on cherche à le tuer, à le remplir, à la faire passer vite ⇒ ?
◴ on fait défiler les pages de facebook
◵ on écoute une série télé en rafale
◶ on grgnote
◷ on cherche
◴ on se cherche
comme si on ressentait un malaise profond à être avec soi
comme si on ne savait plus ce qu'on aimait réellement faire
comme si c'était mal de ne rien faire

Même lire un livre parait inutile; on lit dans le bus ou avant de dormir mais pas quand on en a envie. A la venue de son 1er enfant, E et son mari ont décidé de ne pas imposer " cette vision lourde et chaotique" de ce monde à leurs enfants.


⟪Je n'ai pas envie de subir ma vie de famille⟫

E parle de Slow Living ; elle nous donne sa définition qu'elle "adaptera au fil des saisons de leurs vies". En gros, ralentir en famille c'est :
►remettre en question les idées reçues afin d'évaluer si elles sont idéales pour notre quotidien
►laisser surgir nos idées et d'en faire le tour
►se demander si cela fonctionne pour nous ?
►conserver des horaires quotidiens épurés
.../...

Depuis la venue de ses enfants, E apprend à dire NON afin de dire OUI à ce qui compte réellement.
Souvent la peur de louper quelque chose de génial, d'être rejeté, mise de coté, de décevoir nous fait accepter tout. Mais dire OUI à tout, c'est dire NON au reste, au repos, aux relations vrais, à garder les pieds sur terre, à des projets personnels....à sa liberté.
Il faut apprendre à peser chaque OUI afin de ne pas empiéter sur le bien être de sa famille.


⟪c'est facile de ne pas penser à nos limites et à nos faiblesses quand on se tient constamment occupé chaque seconde de la journée⟫

C'est facile " de faire au lieu d'être". C'est épuisant mais facile. E ne dit pas de ne pas faire d'activités ou de sorties mais d’éviter de ne faire que ça. Laissez des cases de notre agenda vide..... pour du temps en famille ou pour soi. Allez au parc, marcher seule, attendre le bus sans regarder son telephone, faire la sieste, lire ...au lieu de faire quelque chose d'utile et nécessaire tout le temps.

Et ralentir donne le temps aussi pour approfondir la simplicité.
Quelques trucs au quotidien pour ralentir :
se permettre de se perdre dans ses pensées, seul avec soi-même ( sans téléphone) au moins une fois / jour
faire du monotâche de temps en temps
⟪par exemple, l'hiver pendant que je fais la vaisselle après le souper, je porte attention à l'eau chaude sur mes mains, à la douceur de la mousse, à l'odeur qui monte à mon nez⟫
apprendre à apprécier le silence
    c'est un précieux outil pour cultiver le calme et entrer en relation avec ses enfants. 
⟪Par exemple, au lieu de m'épuiser en leur parlant constamment, je demeure souvent silencieuse, quand je suis avec eux, tout en restant entièrement disponible....Je réponds évidemment à leurs questions et discute avec eux avec plaisir mais je n'en ajoute pas inutilement.⟫
et d'autres dans le livre ...

Choisir la simplicité permet aussi d'avoir de l'espace mental et physique suffisants pour accueillir les périodes intenses ou difficiles de la vie.


⟪Ensemble, nous créons ces bulles de doux. ⟫

à suivre ...ici









mercredi 20 juin 2018

"Vivre simplement" d' Elisabeth Simard (3)

je vous rappelle les liens vers les 2 premiers articles
- l'intro
- le boulet invisible


La simplicité financière


Ce chapitre n'est pas toujours abordé dans lis livres sur le minimalisme ou alors, de façon trop extrême dans certains.
Ici, Elisabeth nous parle du quotidien, sans extrême
Elle ne préconise pas de manger des pâtes sans sauce pour économiser ou encore de d’arrêter de se laver, non 😉non

Elle préconise de remettre en cause ses besoins. Certains bien sont tellement courants, qu'ils sont considérés comme essentiel pour la plupart des gens. Nous n'avons pas tous besoin du câble, d'un téléphone fixe ou d'une voiture.
Et les choix ne sont pas coulés dans le béton; Ils sont revisités régulièrement; c'est un peu ça la simplicité, nous dit-elle, une liberté de choix.

Il faut savoir apprécier ce que l'on a déjà et retenir ses impulsions

⟪J'ai envie de sentir de nouveau cette grande satisfaction quand j'achète un objet que j'ai longtemps désiré. je ne retire aucun plaisir à faire des achats impulsifs. Le thrill de cliquer sur "acheter" ( je ne fréquente pratiquement plus les centres commerciaux) lors d'un achat spontané ne dure que quelques secondes. On a remplacé l'anticipation de l'objet désiré par la gratification instantanée. 

Le rapport à l'argent change complètement en même temps que le rapport à l'objet.

⟪Je crois que si je dois travailler davantage juste pour me payer plus de choses qui ne sont pas des besoins bien réfléchis, je perds mon temps. Je perds du temps précieux que j'aurais pu passer auprès de mes enfants, de mon amoureux, de mes amis. Je perds du temps précieux que j'aurais pu utiliser pour me reposer ou investir dans des projets qui me tiennent à cœur.⟫

Désencombrer peut aller jusqu'à libérer du soucis financier relié à l'achat d'une nouvelle maison ( plus grande).
"Se contenter et aimer ce que je suis."

Il faut considérer l'argent comme un outil plutôt que d'en faire l'objectif pour être heureux.
Cela lui a permis de réduire l'angoisse associé au manque ( vous savez cette peur ennemi n°1 des minimalistes)


⟪Nous essayons de nous sentir économiquement sain.

à suivre...ici


lundi 18 juin 2018

"Vivre simplement" d' Elisabeth Simard (2)

Le boulet invisible

Je reviens pour vous parler de la suite du livre
ici, vous retrouverez le premier article

Elisabeth parle du "boulet invisible":


《Je voulais désencombrer, je savais que j'avis trop de telle ou telle catégorie d'objets; l'encombrement persistait et ma tolérance aux objets diminuait. Je devais continuer, mais je me sentais coincée 》
 Une idée, parmi d'autre, est d'avoir toujours un sac à disposition dans un coin de la maison pour recevoir les objets qu'on ne veut plus; comme cela on continue de désencombrer sans y penser...

E. parle aussi du cas des objets sentimentaux :

《Il m'est difficile de me débarrasser d'objets à caractère sentimental. C'est de loin la catégorie qui me donne le plus de fil à retordre. J'ai donc attendu d'être bien avancée dans mon processus de désencombrement avant de m'y attaquer, c'est à dire au moment où j'avais appris à me détacher des objets. 

sans oublier le cas de cadeaux...

⟪On aime une personne, encombré de son cadeau ou non. Et je ne suis pas contre les cadeaux! Je suis tout simplement contre l'idée de se sentir obligés de tout conserver .../...
Un chapitre nous explique comment éliminer adéquatement chaque objet, de l'importance à le faire.
Elle nous dit aussi que le désencombrement n'est jamais terminé, qu'une fois la quantité souhaitée atteinte, on se sent à l'aise mais quelques mois plus tard ce sentiment d'avoir encore trop réapparaît et il faut de nouveau désencombrer. C'est pourquoi elle préconise de faire un tri tous les 6 mois; cela n'est bien sûr pas l'objectif ultime. La prochaine étape sera de ne plus avoir besoin de désencombrer de façon régulière, d'avoir atteint un équilibre satisfaisant à long terme. Bien sûr les besoins changent et il faudra toujours un sac à disposition comme proposé avant.

《Je veux une vie où je ne possède que l'essentiel, notre essentiel, rien de plus, rien de moins, une vie où je fais des choix en toute cohérence. 


Il faut faire attention aussi à l'envie d'acquérir de nouveaux objets, qui surgit un jour ou l'autre. Il faut découvrir comment on veut vivre réellement, et s'y engager pour soi. Etre le gardien de ce qui entre chez soi.

⟪Dès qu'on laisse entrer quelque chose, il parait que notre cerveau lui attribue de la valeur, et dès lors il sera difficile de s'en départir. Si, avant d'entrer chez nous, l'objet n'a aucune valeur à nos yeux, ne le laissons pas nous encombrer. Comme je deviens rapidement sentimentale et que j'ai le "au cas où" dans le sang, je me dois être une gardienne de fer...

et avec tous ses conseils,


⟪enfin, je n'ai plus l'impression de traîner un boulet invisible"

suite .....ici







lundi 11 juin 2018

"Vivre simplement" d' Elisabeth Simard (1)

Vous connaissez peut être Elisabeth Simard auteure du blog Ruban Cassette

Elle a écrit un livre que je viens à peine de commencer mais je sais déjà que je vais adorer
son approche est différente, elle parle de son expérience, ce n'est pas un guide pratique et elle explique vraiment très bien les choses

c’est vrai qu’elle parle beaucoup de simplicité mais reste cohérente et non extrémiste, et au moins toute la première moitié du livre est très minimaliste




J'ai envie de vous en parler au fur et à mesure de ma lecture ..

si le livre vous intéresse il n'est disponible qu'au Canada mais vous pouvez le commander ici et avec la conversion en euro très avantageuse pour nous, cela revient à 27 € ( au lieu de 41 dollars) avec les fdp


NIKONCORPORATION-NIKOND3S-4256x2832-000053.jpg


Elisabeth commence par raconter pourquoi elle est devenue minimaliste et quels bienfaits elle en attend

⟪ L'esprit s'apaise au fur et à mesure que le désencombrement s'effectue 





à suivre ...ici




mardi 17 avril 2018

Regrets de minimalistes

On attend souvent les gens avoir peur de regretter en triant leurs affaires...c'est une des premières raisons qui peut freiner dans son élan de désencombrer

je ne parle pas ici de la peur d'avoir un jour besoin de l'objet qui soit-dit en passant n'a jamais de réelles conséquences mais d'autres peurs

J'ai pêché, en toute discrétion, quelques réflexions sur le groupe de Mino : les Apprentis minimalistes 😇 .... afin d'éviter aux futures minimalistes ces déboires ...



➽aller trop vite pour son conjoint... cela créé des tensions...


En effet, certaines personnes ne sont pas prêtes et si vous triez leurs affaires sans leur en parler, ne comprennent pas. Le meilleur moyen si votre conjoint est réticent, est de commencer par ses propres affaires puis les affaires communes sans trop de valeurs sentimentales, quitte à les mettre en carton quelques mois pour voir comment ça se passe.



en avoir voulu à mort à sa mère quand elle donnait les vieux jouets au secours catholique...

là on n'est dans le rôle inverse du conjoint non minimalistes, on ne comprend pas ! mais aujourd'hui oui et grand-mère n'est peut être plus là....consolez-vous en vous disant qu'un adulte sait bien gérer les humeurs d'un enfant 😜


essayer de convertir ses proches ... 

en général, les gens n'aiment pas qu'on leur disent comment faire...vous savez quand belle-maman vient pointer son nez dans vos affaires....alors montrez l'exemple ...cela suffit souvent pour piquer la curiosité des autres


➽garder des choses qu'on n'arrive pas à jeter alors qu'on sait pertinemment qu'elles ne servent à rien et ne serviront jamais...

Certaines personnes ont besoin de s’entourer de souvenirs. Une étude Britannique a montré que les personnes qui avaient manqué d’attention durant leur enfance, ou qui avaient vécu dans la misère, avaient tendance à vouloir tout conserver (positivessence)
L'astuce de mettre en carton les au cas où pour 3 ou 6 mois permet souvent de régler le problème. Une fois le temps choisi écoulé, on donne le carton sans l'ouvrir et magie...rien ne nous manque
Dites vous bien que la prochaine fois vous réfléchirez avant d'acheter et mieux vaut pour un au cas où, un compte en banque bien garni, qu'une montagne d'objet défraîchis


en avoir trop parlé autour de soi , on a cru que ce serait une passade , une mode

comme le dit le proverbe " quand t'en parle de trop, ça ne marchera pas"; inutile de s'étaler, faites ce que vous avez à faire
si votre entourage n'est pas minimalistes, rien ne sert de les soûler avec cela, ils finiraient par vous décourager; préférez lire des blogs, des livres ou regardez des vidéos sur le sujet et échanger avec des personnes déjà minimalistes


➽Vivre à côté de gens fortunés , et de famille , quand toi, tu décide de vivre autrement

certains personnes riches pensent que l'ultime but de la vie est de s'enrichir, sans argent on ne peut pas être heureux; ils sont les défenseurs de la grande maison avec étage et jardin + chien , de la grosse voiture puissante automatique, le golf le dimanche et le Lions-club en semaine...si vous n'avez pas une Rolex à 40 ans, vous avez raté votre vie , ( ah oui, qui a dit ça déjà ? 😱 ) ...bref.....pas facile de choisir le minimalisme quand à chaque repas de famille, on vous fait sentir que vous êtes à coté de la plaque ⇛ une seule solution : les ignorer, le fameux lâcher prise...après tout vous savez que vous êtes heureux, ils finiront bien par s'en rendre compte, et sinon tant pis...plus vous avancerez, plus vous vous en moquerez !



Cette liste n'est pas exhaustive, n'hésitez pas de parler de votre propre expérience en commentaires 😊





lundi 9 avril 2018

"99 objets nécessaires et suffisants "de D. Loreau

J'ai découvert ce livre un peu moins connu que les autres, et comme j'étais en train de lister mes objets, j'ai été tenté de le lire....quelle découverte ! ce n'est pas seulement une liste mais plein de conseils lié à chaque objet que je n'ai pas vu dans les autres livres...bref, j'ai beaucoup aimé ce livre 💗




D Loreau a essayé selon ses mots "de trouver un juste milieu, ni trop ni trop peu"pour vivre confortablement. Car le maître mot chez elle est bien le CONFORT.
" les extrêmes on le sait, ne font pas bon ménage avec le bon sens"  car "l'esprit et le corps doivent se sentir tous deux satisfaits" 

pourquoi 99 ? 
"le nombre permet de s'y retrouver dans le langage humain" , selon elle , c'est un nombre vaste et rassurant, bien que "ce n'est pas tant le nombre qui est important que le concept lui-même" et d'en fixer des limites, un peu comme la liste des fournitures d'école à la rentrée des classes;

Faire une liste "a aussi l'avantage de déceler un déséquilibre" : "on se rend compte que l'on a 3 manteaux" par exemple. A travers chaque photo, on redécouvre chaque objet et leur utilité ( ou pas).



Chaque objet est illustré d'une photo et accompagné d'une citation et d'un commentaire, de conseils ou d'une anectode
Cela nous permet de réfléchir sur nos propres possessions , de changer d'angle de vue, de remettre en question....





"savoir que l'on peut se satisfaire d'un strict minimum devient en soi un plaisir, encore bien plus intense que de désirer"